22e émission : Conflits et réorganisation internationale et mondiale. Cultures et pouvoirs

Les grandes orientations culturelles
Cours de formation à l’interculturel

Encyclopédie sonore des Universités, Université de PARIS X - Nanterre

III. Relations et complexes interculturels du quotidien au mondial

22e émission : Conflits et réorganisation internationale et mondiale. Cultures et pouvoirs

Nous terminons par cette 22e émission, la troisième partie de ce cours. Avant cette troisième partie, le cours aurait pu produire une illusion : celle de croire que le progrès du savoir sur les cultures pourrait, de lui-même, entraîner une plus grande facilité du vivre ensemble et même un progrès dans le règlement des conflits à venir. La réalité est plus complexe. Nous avons vu que les conduites culturelles s’enracinaient dans un contexte géographique, climatique, géoécologique qui avait une grande cohérence. Nous avons vu aussi qu’enracinées dans des contextes géographiques et historiques, les cultures s’y étaient inscrites et y avaient produit leur système fait de différents complexes associés : renforcements et compensations. Ces complexes culturels ont leur cohérence et leur résistance. Ils constituent des sources durables de malentendus et de conflits mais aussi des ressources adaptables.

 

Un troisième contexte de difficultés est encore à prendre en compte : celui des contraintes et des contradictions nouvelles qui obligent les sociétés à se mesurer stratégiquement, à rechercher l’affrontement ou l’arrangement dans une incertitude où personne ne veut perdre. Souvent ce contexte ne permet justement pas d’inventer les stratégies “gagnantes-gagnantes”, la dynamique du jeu à somme infinie. C’est le plus souvent dans la poursuite des conflits que les sociétés finissent laborieusement, voire même tragiquement, par se réformer et parfois s’inventer. Songeons à l’évolution positive de l’Afrique du Sud ou à celle encore en crise de l’Irlande du Nord avec sa traîne sanglante héritée en partie des guerres de religion.

 

Toutefois, si nous voulons mieux analyser, mieux comprendre les évolutions conflictuelles, il nous faut éviter l’erreur d’opposer les cultures et les stratégies. Elles sont au contraire profondément associées. Les stratégies s’enracinent dans les cultures acquises. Mais sous les contraintes, elles sont conduites à innover, modifiant ainsi les réponses culturelles et produisant les cultures nouvelles. On a donc un cycle permanent : cultures acquises, stratégies actuelles, cultures en genèse, nouvelles cultures. C’est ce que nous allons constater en traitant des évolutions du monde dans les dernières décennies du XXe siècle.

Le projet de Ford de permettre à “ses” ouvriers eux-mêmes d’acquérir ses voitures, le New Deal, consécutif à la crise de 1929, le contexte de solidarité socio-politique de la Deuxième Guerre mondiale ont constitué les fondements d’une subculture économico-politique dénommée “Fordisme”. Dans l’après-Deuxiéme Guerre mondiale, le Fordisme a été crédité des “Trente Glorieuses” mais plusieurs évolutions vont entraîner sa fin et conduire au paradigme patrimonial, nouvelle subculture économique en place aujourd’hui. Dans cette perspective, il est avant tout question de faire fructifier son patrimoine. Cette reprise de pouvoir de l’économique financier est le produit d’une histoire complexe. Après la Deuxième Guerre mondiale, l’URSS et d’autres pays voulaient faire fructifier leurs dollars sur un marché indépendant des États-Unis : ce fut l’origine des eurodollars. Farnetti et Warde précisent que “le marché monétaire et financier transnational des eurodollars s’installa à Londres, donnant ainsi naissance à une communauté d’intérêts transatlantique, unissant capital financier américain et britannique. Cette alliance forma les premiers linéaments d’un nouveau régime d’accumulation mondiale à dominante financière dont les prétentions à remplacer le paradigme fordiste se sont imposés de manière croissante au milieu des années 1970 environ”.

D’un autre côté, l’arrivée de la crise pétrolière va conduire au développement des pétrodollars. Tant d’argent étant à prêter, les États engagés dans des politiques d’État-providence empruntent facilement et s’endettent, contribuant à la puissance de ceux qui leur prêtent. Ces grands prêteurs vont s’attribuer un droit de regard sur les États emprunteurs allant même ensuite jusqu’à les juger et les noter en fonction de gestions économiques garantissant au mieux le remboursement. En vendant les entreprises nationalisées au privé pour rembourser leur dette, certains États s’affaiblissent encore puisqu’ils perdent le contrôle de leur capitalisme national. Toutes ces données font que le capital financier, qui se constitue au niveau mondial, redevient la principale source de pouvoir. A l’intérieur de l’économie américaine, pendant la période fordiste, industriels et managers avaient relativement contrôlé les financiers. Des échecs de rentabilité et de productivité ont rendu les financiers attentifs à l’opportunité des nouvelles conditions économiques, financières, technologiques : c’est cela qui leur a permis de faire à nouveau primer le financier au plan mondial.

 

Tout cela n’aurait pas eu lieu sans les mutations technologiques informationnelles permettant aux flux de capitaux de manoeuvrer entre les pays, en fonction d’une estimation des données en temps réel. Précisons l’enchaînement caractéristique de la révolution informationnelle.

1) Avant même l’informatique, l’information, en se développant, à engendré l’accélération des découvertes, de leur traitement et des productions résultantes. D’où une plus grande vitesse de péremption des produits antérieurs et une plus grande prégnance de l’actualité.

2) Cette prégnance de l’actualité s’est encore considérablement accrue grâce à l’informatique et aux réseaux permettant des communications en temps réel. Elle s’appuie aussi sur les médias qui multiplient les connaissances d’actualité avec la diffusion de nouvelles climatiques, politiques ou économiques (fluctuations des taux de change des monnaies, des valeurs boursières). Y contribuent encore la connaissance des opinions publiques par enquêtes, sondages, audimats, etc.

3) Plus vif éloignement du passé, plus grande prégnance du présent font que l’imaginaire se libère d’autant plus qu’il peut aussitôt trouver sa traduction représentative. L’imaginaire devient ainsi plus proche de sa production en objet. Virtuel et réel se mêlent.

4) L’information se prend pour une telle connaissance du réel qu’elle pense désormais pouvoir le produire. D’où le développement d’orientations créationnistes. On peut se créer soi-même, créer une entreprise, créer finalement le réel lui-même : clonage, connaissance des génomes, manipulations transgéniques.

5) Dans le domaine économique, l’information concernant les gains possibles d’une entreprise l’emporte sur le constat des gains obtenus. Le lien entre les deux n’est plus aussi assuré. A travers l’actionnariat, chacun est invité à faire des choix, à prendre des risques. L’imaginaire des espoirs, des craintes, des supputations est ainsi transformé en réel comptable à travers espérances économiques et spéculations financières. Les anticipations des personnes et des institutions sont traitées en temps réel à travers les fluctuations des taux de change, celles des cours des actions et des obligations.

6) Tout cela développe une insensibilité quant à l’immensité de l’information toujours manquante. Or la conscience développée de ce manque est indispensable aux développements de l’écologie comme à ceux d’une organisation sociétale plus satisfaisante.

7) Les crises d’hier portaient sur les passages de l’agricole à l’industriel puis de l’industriel aux services. Aujourd’hui, on passe des services locaux et matérialisés aux services globaux et immatériels, mondialisables. C’est dû aux facilités de stockage, de traitement, de transmission des informations.

8) Les deux secteurs, économique et informationnel, poursuivent leur alliance mais c’est le sous-secteur financier qui en profite d’abord. René Passet écrit : “Dans un univers globalisé par l’évolution des transports et des technologies de l’information, le secteur financier, parce qu’il traite de l’immatériel, se trouve particulièrement favorisé”. Charles Golfinger précise dans L’utilitaire et le futile : “Les actions que l’on achète et que l’on vend instantanément, la monnaie qui fait le tour du monde en quelques secondes, sont dématérialisées. On ne transporte plus de billets ou de lingots… on envoie des messages digitaux… La finance se confond avec l’information… La nouvelle monnaie est informationnelle”. René Passet le souligne : “Hier, contrepartie du réel, les flux financiers, aujourd’hui, s’autonomisent de facto et s’hypertrophient, imposent leur logique à l’ensemble du système économique… Nous assistons alors à un double glissement réductionniste du politique à l’économique et de l’économique à la finance”. A partir de là, les marchés des capitaux sont facilement devenus mondiaux, entraînant aussi les autres marchés.

9) Dimension supplémentaire, la conjoncture démographique dans les pays développés. La faiblesse des naissances diminue le nombre d’actifs; l’allongement de la vie accroît le nombre de retraités. Ces données mettent en difficulté le système de retraites par répartition. D’où, dans certains pays, la création de fonds de pension qui, cherchant à valoriser leur capacité de paiement des retraites, rejoignent les fonds spéculatifs déjà existants, contribuant ainsi à l’accroissement de pouvoir du secteur financier. Ils symbolisent ce pouvoir financier mondial puisque les retraites qu’ils versent aux États-Unis peuvent résulter de bénéfices obtenus aussi grâce aux employés des entreprises du monde entier.

1) “Le rebond américain” : l’invention de la globalisation

 

Au moment où l’on thématise le déclin américain, à la fin des années 80, les États-Unis réagissent depuis deux décennies : en reprenant le flambeau de la conquête spatiale, en travaillant à une protection exceptionnelle de leur territoire, avec la “guerre des étoiles”. Ils sont aussi affrontés à un défi économique, plutôt japonais mais aussi européen, auquel il n’ont pas encore répondu. Ils le feront à partir d’une transformation fondamentale de leurs orientations économiques publiques et privées. Ils y sont aidés par une conjoncture synergique exceptionnelle reliant trois perspectives : la montée du financier, les développements technologiques informationnels et la montée du mondial. Mais, c’est aussi dans leurs ressources culturelles historiques, leur double culture étatique et libérale qui va entraîner la possibilité d’une reconversion de la réglementation en déréglementation. Le travail d’analyse historique permet seul d’éviter les deux erreurs : attribuer trop ou pas assez de place aux volontés des principaux acteurs dans la genèse auto-organisationnelle de la mondialisation. Le rebond américain”, selon l’expression de l’ambassadeur Rohatyn, se transforme alors en une nouvelle croissance, faisant à nouveau parler de “miracle” et de “modèle” américains. L’effondrement de l’U.R.S.S. puis la guerre du Golfe, en dépit de ses difficultés de financement, montre la réalité d’un certain leadership mondial.

 

2) Alliance public-privé : déréglementations et prises de risques

 

Selon H. Pigeat, La déréglementation, qualifiée parfois aussi de dérégulation, est l’ensemble des dispositions réglementaires ou factuelles destinées à instaurer ou à restaurer dans une activité donnée les conditions de concurrence et une application plus ou moins large des lois du marché…la déréglementation …n’est pas la suppression de toute réglementation mais la levée des obstacles à la concurrence”. La déréglementation n’est pas une décision stratégique simple. Elle s’est appuyée, selon Henri Pigeat sur une évolution technologique générale : “En matière de télécommunication et de communication audiovisuelle, le fait nouveau a été la fin de la rareté des lignes de téléphone, des circuits ou des ondes qui a modifié les équilibres anciens et rendu inefficace le système traditionnel de réglementation”. Ces conditions technologiques nouvelles (informationnelles) coïncidaient avec une croissance de la demande de communications internationales. Une opportunité était à saisir et les États-Unis l’ont fait, passant d’une étape concurrentielle nationale terminée avec le monopole d’American Telegraph & Telephon, à une nouvelle époque concurrentielle internationale, défi aux sociétés des autres pays enfermées dans leur carcan national.

Ce sont les pouvoirs fédéraux des États-Unis qui mettent en oeuvre ces déréglementations. Ils y ont été stimulés par la volonté de certaines entreprises, telle I.B.M., qui veulent concurrencer des entreprises détenant un monopole comme A.T.&T.. Loin qu’il y ait opposition entre public et privé, il y a plutôt convergence. Sur la base d’une culture commune, les pouvoirs publics et les entreprises sont ensemble conscients de la baisse de compétitivité des entreprises américaines. P. Musso rappelle que tout système tend à s’organiser en “bloc de pouvoir”, selon le concept de Georges Sorel. De ce fait, il tend aussi à devenir plus rigide que mobile. Musso écrit : “la dérégulation déconstruit un bloc de pouvoir national pour créer les conditions de la transnationalisation de certains de ses acteurs…un léger déplacement de frontières dans le bloc de pouvoir existant engendre des effets dévastateurs à l’échelle internationale”. Concrètement, le mouvement de déréglementation est ainsi né aux États-Unis d’un procès anti-Trust lancé en 1972 contre AT&T. Le groupe contrôlait alors horizontalement la quasi totalité du territoire national et, verticalement, les réseaux, équipements et services.

Après un long processus judiciaire, le démembrement de l’entreprise devint effectif en 1982. AT&T pouvait exploiter les liaisons longue distance à l’intérieur des États-Unis et sur cette base, concurrencer ITT sur les communications internationales. Musso précise : En se spécialisant sur son “métier” depuis l’amont de la Recherche et Développement (Bell Labs), en passant de la fabrication d’équipements (Western Electric) jusqu’à l’aval de la commercialisation de services sur mesure (ATT-Long line), ATT réussit son internationalisation, comme le prouve son entrée en Italie par la fourniture d’équipements puis par les services”.

De l’autre côté, il y a eu création de sept nouveaux opérateurs de télécommunication autonomes (les “Baby Bell”) qui bénéficient d’un monopole d’exploitation régionale aux États Unis. Ils sont déjà très puissants et certains même déjà actifs sur le marché européen. Les États-Unis ont ainsi restauré un développement dynamique des télécommunications sur leur territoire et au-delà. Mais, selon H. Pigeat, l’orientation est davantage internationale, ce qui se lit dans le jeu entre tarifs longue distance qui baissent alors de 38 % en cinq ans et tarifs locaux qui augmentent, dans le même temps, de 35 %”.

La déréglementation est accompagnée par une agence gouvernementale, la F. C., née avec le New Deal en 1934. Celle-ci est en partie indépendante – entre un pouvoir exécutif qui nomme ses membres – un pouvoir législatif qui approuve les nominations, s’informe régulièrement des rapports – et un pouvoir judiciaire qui contrôle ses décisions. Comme nous le voyons clairement ici, les États-Unis sont tout à fait fidèles à leur double culture étatique et libérale. H. Pigeat peut conclure : “Le démantèlement d’A.T.T. ouvre “la voie à la constitution de groupes “champions” mobilisant toutes les énergies internes à une nation : il s’agit d’un processus de transnationalisation, prélude à l’internationalisation.

 

3) Déréglementation nationale américaine et défi international

 

Les mots déréglementation et dérégulation sont impropres. C’est l’État qui démantèle le monopole qu’il a lui-même hier institué. La dérégulation américaine ou britannique renvoie à l’autorégulation ou bien à un organisme de régulation relativement autonome. La dérégulation est en fait une levée des contrôles étatiques sur l’entreprise pour redonner à la société et d’abord à ses entreprises toute liberté de manoeuvre dans le contrôle du marché mondial. Pour Musso, un passage “symbolique” important s’est effectué de “la régulation à l’autorégulation”. La genèse culturelle ne passe plus directement par l’État. Elle est remise aux nouveaux acteurs : les entreprises de la communication. P. Musso écrit : “L’État était classiquement l’organe par lequel une communauté se pense (Éric Weil), ce sont désormais les grandes firmes qui produisent la culture moderne au sens fort du terme (pas simplement leur culture interne dite d’entreprise). Ce transfert de la production de l’hégémonie de l’État national en crise aux entreprises transnationales en expansion est le corollaire de la nouvelle économie politique de la communication qui naît sous nos yeux.

Depuis longtemps, Antonio Gramsci avait nommé ce transfert d’hégémonie “américanisme”. Il s’agit, en effet, d’une reprise des ressources culturelles américaines, avec la capacité de prises de risques : “A partir d’un petit déplacement dans le jeu interne des acteurs nord-américains de télécommunications, on aura (au plan international) des effets en chaîne dont le caractère aléatoire oblige chaque opérateur ailleurs à un ajustement indéfini”. En ce sens, conclut Musso “la dérégulation serait un phénomène inachevé voire un nouvel état permanent et instable du monde des télécommunications”. P. Musso définit ici pour les télécommunications la stratégie interculturelle fondamentale qui, au delà des sociétés nationales-marchandes, engendre des sociétés informationnelles-mondiales. Les conditions culturelles et de puissance des États-Unis qui leur ont permis d’être la première société informationnelle-mondiale, obligent les autres pays à prendre en compte cette nouvelle grande forme sociétale.

La Grande-Bretagne avait fait précédemment la même chose en devenant la première société nationale-marchande, obligeant les royaumes et les empires à se déterminer par rapport à cette “grande transformation”.

Tout au long de la décennie 90, les crises financières vont se succéder. Crise de liquidité mexicaine ou crise de solvabilité asiatique. Elles révèlent clairement que la finance libéralisée est devenue l’enjeu décisif. On sait comment du côté japonais et du côté européen, on bénéficiait de bases financières nouvelles. Elles jouaient leur rôle par voie de conséquence au plan des investissements, des productions et des exportations, concurrençant les États-Unis ou la Grande-Bretagne. Les “révolutions” reaganienne et thatchérienne vont soutenir un renversement de tendance facilitant l’orchestration politique du mouvement de financiarisation mondiale. Du côté américain, on a la profonde déréglementation ainsi qu’une politique fiscale très avantageuse pour les entreprises favorisant la relance boursière. Les opposants, contrôleurs aériens par exemple, furent brutalement licenciés.

Du côté britannique, Farnetti et Warde soulignent “l’abolition du contrôle des changes, coup d’envoi de la libéralisation financière avec comme accompagnement une refonte radicale de la fiscalité pour favoriser épargnants et entreprises. Des vagues successives d’entreprises publiques sont bradées aux intérêts privés. Les grands axes de la révolution thatchérienne attestent bien la volonté de maintenir les intérêts du capital privé dans un contexte de déclin prononcé. Au plan international, cette libéralisation mondiale de la finance conduira à des interventions privées jouant un rôle de contrôle indirect des modalités financières des autres pays. Ainsile rôle déterminant des fonds de pension dans la spéculation sur les marchés des changes a été mis en lumière lors de la crise monétaire de septembre 92 disloquant le S.M.E.”. Lors de la crise mexicaine de 94-95, M. Camdessus, directeur du F.M.I., reconnaît aux fonds de pension une capacité de “repérage des failles de gestion des paysmais une incapacité à contrôler une “réaction toujours
grégaire, parfois brutale et excessive”. Les marchés entraînaient la crise de liquidité finale face à laquelle c’était les États, (par exemple, le trésor américain et le F.M.I.) qui devaient jouer le rôle de prêteur en dernier ressort. A l’évidence, la main invisible des marchés est un peu lourde et trop visible, c’est “la surréaction des marchés” (overshooting) avec son “effet domino”. Les marchés financiers disposent d’une vitesse d’adaptation bien plus rapide que les marchés de biens et de services”. S’ils l’utilisent mal, les dégâts sont immédiats. Mais cette vitesse définit une nouvelle culture “supérieure” dont jouissent ceux qui la possèdent en naviguant rapidement entre leurs intérêts bien ou mal compris et leur liberté relative face aux circonstances bien ou mal interprétées, à l’exemple d’un Georges Soros.

L’antagonisme général entre « connaissance et action » se manifeste dans la nécessité de décider avant d’en savoir plus. Une grande pente est alors le mimétisme : dans l’incertitude on fait comme les autres. Gounin et Vivier-Lirimont le précisent : Dès lors qu’une partie des agents financiers a anticipé la chute des économies émergentes, la communauté financière, qui n’est qu’un ensemble limité de décideurs, a retiré ses fonds. D’où l’extension rapide de la crise de la Thaïlande vers l’Indonésie, la Malaisie, la Corée du Sud”. Des engagements inconsidérés avaient été pris dans les pays émergents mais dans un contexte international de financement qui les encourageait et maintenant les sanctionne. Une contrainte réduite pesait sur l’offre de capitaux, facilitant le gonflement de la bulle. A l’occasion de ces rivalités, toutefois, des genèses culturelles universelles s’engendrent : celle des ratios Cooke, par exemple. En 1986, la Banque des règlements internationaux de Bâle, “banque centrale des banques centrales” recommande aux banques internationales d’accroître leurs capitaux propres. Le Comité de Bâle exige un montant égal à 8% des actifs, pourcentage accru en cas de gros risques. Selon Farnetti et Warde : “Conçues au départ par les banques américaines et britanniques comme moyen de freiner la fulgurante ascension de leurs concurrentes japonaises, en les forçant à augmenter leur capital ou à réduire leurs crédits, ces règles ont vite connu une application universelle. Aujourd’hui, les banques, en général, respectent cette mesure de bon sens d’ailleurs modeste, qui aurait du être prise depuis longtemps. En réalité, elle ne l’est qu’au moment ou elle sert un capitalisme en en desservant un autre. C’est ensuite qu’elle devient comme une règle de jeu commune.

*

Le “New York Times”, repris par “L’International Herald Tribune” et “Le Monde”, nous emmène dans les “coulisses de l’économie globale”. Au moment ou, sur la recommandation d’Alan Greenspan, l’ex-keynésien Clinton, accentue la politique d’ouverture aux marchés financiers, Laura d’Andréa Tyson, chef des économistes de la Maison Blanche, met en garde contre une approche plaçant tous les pays émergents sur le même plan, quel que soit leur degré de préparation ou d’impréparation à recevoir ce torrent de capitaux flottants.

Mais Wall Street voulait cette libéralisation financière. Pour Mikey Cantor, secrétaire au commerce, avoir déréglementé et libéralisé les flux financiers aussi vite, fut un peu comme si les États-Unis avaient voulu “construire un Building sans en établir d’abord les fondations”. Pour Jeffrey Garten, hier au commerce, aujourd’hui à Yale : Il y avait dans tout cela une arrogance stratégique, intellectuelle aussi : on pensait qu’il n’y aurait pas de choc grave en retour… L’industrie américaine des marchés voulait pénétrer sur ces marchés. Sous Clinton II, c’est Robert Rubin, ex de Goldmann Sachs, qui est au commerce. De 1994 à 1998, il gère les crises mexicaine, asiatique, russe et brésilienne. Leur ampleur, leur durée, leurs effets sont pour lui un choc. Il y voit la sanction de ses choix libéraux”. Dans une déclaration d’avril 1999 à Washington, il pense que “pour des pays émergents, il peut y avoir des circonstances dans lesquelles un contrôle provisoire des changes peut être souhaitable (Business Week du 10 mai 1999 cité par Erik Izraelewicz).

 

*

Cette émission, l’avant dernière – avant la conclusion et les indications bibliographiques – nous permet de comprendre l’interculturation du monde. Celle-ci ne saurait être le fruit de la seule volonté de quelques acteurs même s’ils sont à la tête de grands pays. Si nous pensons encore ainsi c’est un reste de culture royale-impériale. Tous les acteurs humains interviennent certes à des titres divers. mais surtout ils mettent en oeuvre volontairement et involontairement leurs cultures acquises. Sur cette base ils répondent à de nouveaux défis avec des stratégies nouvelles et c’est ainsi qu’ils produisent de nouvelles cultures. Cela se fait à travers un profond et vaste ensemble d’interactions comme celui qui vient dans le dernier quart du XXe siècle d’engendrer la quatrième grande forme de société : la société informationnelle mondiale.

Bibliographie

DORNBUSH, Expectations and Exange rate Dynamics, Journal of Political Economy, vol. 84.1976.

FARNETTI R. & WARDE I., op. cit., p. 34-35 et 76

FARNETTI R. & WARDE I., op. cit., p. 58

FARNETTI R. & WARDE I., op. cit., p. 59-60

GOLFINGER Ch., L’utilitaire et le futile. O. Jacob, 1996.

GOUNIN Y., & VIVIER-LIRIMONT S., La crise asiatique, Puf, 1999, p. 47-51

IZRAELEWICZ E., “Dollar : la nouvelle stratégie américaine”, Le Monde, 18.05.99.

Le Monde du 03-03-1999 – Dans les coulisses de l’économie globale – une enquête de Nicholas D. Kristof t David E. Sanger, “Free Markets Clinton Gave a Push”, publiée dans “The New York Times”, reprise par “l’International Herald Tribune”

MUSSO P., Télécommunications. 1. La dérégulation, in Sfez L (dir.), op. cit. p. 1305-1306-1308-1310

PASSET R., Emprise de la Finance in Les nouveaux maîtres du monde, Manières de voir n° 28, Le Monde diplomatique.

PIGEAT H., “Les télécommunications”, in SFEZ Lucien, Dictionnaire critique de la Communication,  tome 2, Puf, 1993, p. 991-994.

PIGEAT H., in SFEZ Lucien, op. cit., tome 2, p. 992.

ROHATYN F. G., (Entretien avec) Le rebond américain, p.3-15, Le débat, n° 99; du 03-04.1998.

 

 

*

Toutes les émissions
div#stuning-header .dfd-stuning-header-bg-container {background-color: #383838;background-size: contain;background-position: top center;background-attachment: initial;background-repeat: initial;}#stuning-header div.page-title-inner {min-height: 250px;}