ARCHIPELISATION

Extraits de Hommage à Jean Christophe Victor

Auteur-Mondes : Édouard Glissant : « l’archipélisation du Monde »

Aujourd’hui, nous vivons le Tout-Monde selon la belle expression d’Edouard Glissant (1993, 2007). Sa Poétique l’autorise à chausser des bottes de sept lieues et plus, en histoire et en géographie. Cherchant à comprendre l’évolutive diversité humaine, il est impressionné par les effets miraculeux ou monstrueux de la puissance. Il les réfère au phénomène continental et parle d’une « pensée continentale » qui finit par se produire « système ». Il découvre à côté, oublié le phénomène contraire, celui des archipels. Ces ensembles d’îles favorisent d’autres manières de ressentir et de penser dans une infinie diversité. C’est la « pensée archipélique ». Le destin des humains devrait aujourd’hui pouvoir mieux se jouer en pensant en même temps les unités continentales et la diversité archipélique.

*

Samedi 4 février 2017 à 18h30 – Médiathèque Raoul Georges Nicolo – Ville du GosierGuadeloupe.
Conférence : Racines et Relations, une lecture du Traité du Tout-Monde d’Edouard Glissant animée par Jacques Demorgon Philosophe et sociologue
Dans le cadre du 20ème anniversaire de la publication du Traité du Tout-Monde d’Edouard Glissant

Édouard Glissant, né le 21 septembre 1928 à Sainte-Marie à la Martinique et mort le 3 février 2011 à Paris1, est un écrivain, poète et essayiste français.
Fondateur des concepts d’« antillanité », de « créolisation » et de « tout-monde », il était « distinguished professor » en littérature française, à l’université de la Ville de New York (CUNY) et président de la mission de préfiguration d’un Centre national consacré à la traite, à l’esclavage et à leurs abolitions.

Jacques Demorgon est philosophe et sociologue, auteur de L’homme antagoniste. Economica, Paris 2016. « Les humains se voient doubles : bons ou méchants, héros ou lâches, prodiges ou monstres. Or l’humain n’est pas double, il est antagoniste. Tragédies et miracles ne cessent. Se poursuivent aussi observations, analyses, études. Plusieurs ici, accessibles et reliées ».
José Séverien

Programme de février 2017 de la Médiathèque Raoul Georges Nicolo

Racines et relation(s). Entrer dans le (Traité du) Tout-Monde d’Edouard  Glissant

Avant propos : 6e anniversaire de la mort de Glissant – 20e du Traité du Tout-Monde

*

I./ Lire Glissant  l’obscur ? Penser ensemble réel et langage !  Une introduction 

1./ Il emploie des mots nouveaux : « oraliture » à côté d’écriture ; créolisation plus que métissage ; étant(s) plutôt qu’Être, êtres ; Tout-Monde plus que monde ; mondialité englobant mondialisation, identité rhizome plutôt qu’unique, composite plutôt que hiérarchique, sinuations plutôt qu’insinuations. Diversalité contre universalité

2./ Il emploie des mots connus dans un sens inconnu  : autre (pas autrui) Autre comme englobant tout autre, tous les autres qui continuent autres qui Archipel, Continent, Chaos-monde, Imaginaire, langage, beauté, lieu commun, invariant. Poème primordial; Relation (nous libérant de révélation dogmatique et de Loi impérative : Relation comme sans morale ou que morale.  Poétique  (comme englobant par ex. Politique) ; la trace (contre objet, sujet) L’opaque à la fois contre obscur et contre clair et distinct). l’infini dans ses deux sens opposés : l’ancien, négatif, comme inachevé (non fini)  et moderne, positif, comme illimité (AL 322).

3./ Il paraît condamner pour ce qu’ils portent certains mots sinon courants du moins consacrés : le système, l’Être, l’absolu (AP. 258 : IPD, 125), l’Un, le bien, le beau, la vérité, le général, l’Universel, l’humanité, l’occident, le binaire, l’atavique. La représentation, l’abstrait ;  signifiant, signifié. Mais il peut aussi les reprendre dans un sens positif

4./ Le même mot peut prendre des sens opposés voire contraires qui peuvent même fusionner : d’où ses oxymores célèbres : le système non systématique (non systémique) la totalité non totalitaire. la pensée continentale s’archipèlise.  Le concept est ouvert et fermé « La relation n’est pas morale ». « l’Autre n’est que morale »

*

II./ Vivre, agir, penser, parler, écrire les espaces-temps du Tout monde en Relation

1./ Vivre, agir, penser, parler (l’oraliture),  écrire en situation : le lieu, l’actualité

2./ Géohistoire : la séparation, la hiérarchisation de l’un, l’évolution, l’imaginaire

3./ Une situation nouvelle : la mondialité englobe la mondialisation : le Tout-Monde

4./ La Relation. Le détail, le multiple les autres, (transculture, créolisation, les genres (transgénérique), les devenirs (transhistoire) et les lieux communs les invariants du  Tout-Monde en Relation, créolisations, Poétiques. 

*

III./Avec contre Glissant : les Poétiques

1./ Glissant avec contre d’autres ? L’anthologie du tout monde

200 textes Abel Meeropol, Fruits étranges – François Villon, Ballade des pendus -poème aztèque,- St John Perse, René Char, Shakespeare – Faulkner, – écrits présocratiques, – Gilles Deleuze, – les Upanishad, – Nietszche, Patrick Chamoiseau, – Une phrase de  Muhammad Ali, L’absence de textes de Le Clézio – « une » anthologie de la poésie du Tout-Monde. On pourrait en imaginer beaucoup d’autres : littérature orale, hindi, swahili.

2./ Parcours de la philosophie du Tout-Monde : Héraclite, Hegel et suite (Leupin).

3./ Poursuivre avec contre Glissant ? Poétiques et Religion, politique, économie, information 

*

div#stuning-header .dfd-stuning-header-bg-container {background-color: #383838;background-size: contain;background-position: top center;background-attachment: initial;background-repeat: initial;}#stuning-header div.page-title-inner {min-height: 250px;}